Les coopératives d’habitants c’est…le choix des matériaux

 
Les membres d’une coopérative d’habitants en tant que maître d’ouvrage conçoivent leur projet immobilier et peuvent ainsi décider des matériaux utilisés. Nous vous proposons des retours d’expériences de deux projets sur cette thématique.
 Retour d’expérience 2/2 – Abricoop à Toulouse
C’est à Toulouse que la coopérative d’habitants Abricoop est née. L’association « La Jeune Pousse » avait candidaté pour obtenir un terrain dans l’écoquartier de la Cartoucherie fin 2013. Un an après, la coopérative est créée.

Dès le commencement de cette aventure collective, les membres d’Abricoop ont fixé plusieurs exigences en termes d’économies d’énergie. En accord avec le maître d’œuvre, le bailleur et la mairie, le groupe souhaite faire de l’éco-construction une des valeurs fondamentales de leur projet. Le groupe a mis en place des actions pour compléter leur savoir, notamment un atelier technique.
Les membres du groupe avaient la volonté de construire le bâtiment avec des matériaux biosourcés, mais ils ont été « rattrapés par la réalité ». A Toulouse, les contraintes incendie sont très strictes, empêchant l’utilisation de nombreux matériaux biosourcés. Pour faire du logement écologique à même prix que le logement social classique, il a fallu faire des concessions. S’ajoute donc la contrainte budgétaire : construire une ossature en bois coûte plus cher qu’une ossature en béton, les membres sont donc partis sur une structure porteuse en béton. Au début, il était question d’utiliser comme isolant de la fibre de bois, mais en raison du coût, le groupe a opté pour la laine de verre.

Ces concessions n’empêchent pas la réussite du projet sur plusieurs points plus positifs : les « murs pignons », les façades Nord et Sud et une partie du bardage sont toutes en structure bois. Du « marmoleum » (revêtement sain à base de caoutchouc naturel) a été choisi pour le sol. Une moitié de la toiture est végétalisée pour faciliter l’écoulement des eaux de pluie et adapter la consommation d’énergie à la saison (c’est-à-dire apporter de la fraîcheur en été), l’autre moitié est accessible.

Dès le début, il y a eu une volonté commune de travailler avec les architectes sur le programme . Pour que le bâtiment réponde aux critères écologiques, deux points ont été particulièrement travaillés : l’isolation et l’inertie thermique.
  • Abricoop a participé au concours de l’ADEME en 2014 dans le cadre de l’appel à projets « Bâtiments économes de qualité environnementale en Midi-Pyrénées » et a fini 2e. Suite à cela, Abricoop a obtenu la certification « Habitat et environnement » et s’inscrit dans la course au label « Très haute performance énergétique ».  Abricoop paye pour bénéficier de cette certification. Le « chantier propre » est contrôlé pour que soit respecté le recyclage des matériaux inutilisés. Cette reconnaissance écologique est justifiée : malgré les contraintes, Abricoop se situe 20 % au-dessus de la norme actuelle d’isolation thermique.
  •  L’inertie des murs en bétons rajoute de la masse à l’immeuble et permet de « différer le changement de température ». Le jour, la fraîcheur accumulée durant la nuit se conserve, et inversement, la chaleur produite le jour permet de chauffer les pièces pendant la nuit. Cela limite les pertes d’énergie, en cela le bâtiment est « passif ».L’orientation des façades a également été pensée dans cet objectif.

L’emploi de matériaux écologiques a amélioré d’autres domaines : l’acoustique (un aéroport survole la zone, d’où l’accent mis plutôt sur l’épaisseur des dalles, des murs… que les matériaux eux-mêmes), la consommation d’énergie, et la pédagogie (apprendre le bon usage du logement).

En fin de compte, la réflexion approfondie sur le choix des matériaux de construction reflète le souci de concertation de la coopérative avec les différents acteurs. La coopérative d’habitants entretient des rapports directs avec la mairie, la maîtrise d’œuvre, et le bailleur. Cependant, les familles qui habiteront dans ce bâtiment restent actrices du projet. Elles définissent elles-mêmes quels sont les matériaux qu’elles souhaitent mettre en œuvre pour réaliser leur immeuble, et avisent en fonction des contraintes.

Extrait de la Newsletter d’Habicoop
Publicités
Cet article a été publié dans Actualité de La Jeune Pousse, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.