Les redevances

Dans notre coopérative, nous n’avons pas de loyer (nous ne sommes ni propriétaires, ni locataires), mais nous payons des redevances parce que la coopérative a des frais : des prêts à rembourser et des charges. Et la facture mensuelle pour chacun de nos appartements  est salée. Les experts ont éprouvé le besoin que chacun s’exprime sur le sujet. C’était le thème de cette réunion.

Nous étions une dizaine et le tour de table a duré une heure et demi. Il y en avait des choses à dire. Si la majorité est en accord avec leur redevance, le cheminement n’a pas été simple. « Je suis le cul entre deux chaises. La redevance est élevée, surtout que je suis propriétaire et que mes frais sont faibles. Mais j’ai fais le choix de venir à Abricoop et je veux bien participer à la solidarité. » D’autres ont actuellement des loyers élevés et acceptent de payer des redevances qui le sont encore.

Et puis, les estimations sont peut-être pessimistes.  L’immeuble est quasi-passif. Les estimations de chauffage sont sans doute surévaluées. Oui, peut-être, mais est-ce que ça suffit ? La solution est finalement trouvée par Michèle qui promeut la décroissance d’hygiène. Il suffit de ne plus se laver ou « attendre sur la terrasse que la pluie tombe ». Il ne restait plus qu’ à  « deviner dans quelle rivière on va la jeter. »

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité de La Jeune Pousse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.