On s’est heurté à un mur !

Le garage à vélo de l’îlot se situe à moins de 3m de l’appartement de Chloé. Il s’agit d’un mur en béton de 3m de haut qui bloque sa fenêtre … juste pour un garage à vélo.

Nous avons donc eu une réunion avec les architectes de l’îlot à la maison de quartier  de Saint Cyprien. M. Alain Grima et Mme Pauline Gros nous ont présenté les avantages de leur béton à la planche qui « est très beau et de haute qualité » avec une palanquée de diapos de murs végétalisés …. pour faire passer la pilule. « On est là pour vous faire plaisir », nous disent-ils. En soulignant qu’il fallait qu’on « s’approprie ce mur qui garantit l’intimité du logement … » Ils nous proposent de revoir l’aménagement, entre le mur et l’appartement, avec la paysagiste.

Très agressif et agité au début,« Il ne se laissera pas faire », « il ne laissera pas dire », traitant notre lettre de « torchon », M. Grimat refuse le dialogue. Après les 5s de silence salutaires imposées par Stéphane, plusieurs intervenants soulignent que ce mur a été monté sans concertation, en dehors de toute communication alors que ce projet a voulu être construit en mode participatif. Pour M. Grima, nous avons signé les plans et par conséquent accepté ce mur (qui n’était pas sur les projections 3D), il nous reproche de ne pas l’avoir alerté avant. On vous montrera un plan d’architecte. 

D’après Pauline Gros, le permis de construire étant signé, cela sous-entend que les plans répondent aux définitions du PLU … « je ne dis pas que les architectes ne se trompent pas », dit M. Grimat. Il a bien raison. 

M. Grimat lâche à la toute fin : « Je m’excuse pour mon énervement ». Françoise G. conclut qu’ « il y a eu maldonne ». Jean constate qu’  «on a un contrat avec Leslie (notre architecte) qui n’est pas le même que celui que les chalets ont avec Grimat ».

Vive le participatif administratif !

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité de La Jeune Pousse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.