La prise de décision au consensus

La Jeune Pousse s’oblige à prendre ses décisions en plénière et « au consensus », telle que définie dans la charte d’Habicoop. Les membres s’obligent à trancher entre des solutions qui ne peuvent absolument pas cohabiter.

Le consensus, c’est une procédure de décision

  • qui aboutit à un accord unanime des présents, ou du moins acceptable par tous (c.-à-d. qui n’empêchera pas ensuite de bien vivre ensemble), vérifiable par un vote sur une décision clairement rédigée.
  • qui implique de prendre le temps et les moyens d’un débat approfondi, où tous les arguments et motivations peuvent être exprimés. Une AG spéciale serait à prévoir un samedi, plutôt qu’un soir à ordre du jour chargé.
  • qui concerne la prise de décisions, mais non pas leur mise en œuvre, dont la responsabilité, et l’autorité nécessaire, sont à déléguer à des personnes nommément désignées, tournantes, pour une durée limitée.

La procédure pourrait se dérouler comme suit :

  1. Avant le débat, le problème à résoudre est exposé par une personne ou un binôme pédagogue et expert, par écrit ou par oral, de façon exhaustive et claire, dans son contexte, avec les enjeux et les éléments éthiques qui sont mis en cause. C’est ensuite le moment de se faire expliquer ce qu’on ne sait pas ou ne comprend pas.De leur coté, les participants sont invités à se mettre en état de « bienveillance », à accepter de modifier leur position de départ ( au vu des arguments, des enjeux, du contexte, etc), à s’exprimer brièvement sans répéter ce qui a déjà été dit. Les leaders d’opinion sont priés de ne pas abuser de leur aptitude à convaincre, et de laisser aux silencieux leur droit de parole.
  2. Le débat peut être précédé d’un tour de table ultra-rapide suivi d’un « vote de sondage », pour voir s’il y a matière à débat, ou si un accord est d’ores et déjà acquis.
  3. Le débat peut utilement commencer en petits groupes, plus créatifs pour inventer des alternatives ou des compromis, et plus aptes à l’expression des motivations intimes des positions personnelles. Les rapporteurs des groupes forment en séance plénière une table ronde, et engagent entre eux, avec le concours et les interpellations de la salle, un débat exploitant au mieux la parole des petits groupes. Le but est d’esquisser une décision susceptible d’obtenir le consensus. En tout état de cause, avec ou sans la phase ci-dessus, un ou plusieurs tours de table sont faits en séance plénière, pour valider, modifier, reformuler ou convenir une décision, qui est alors rédigée, avec un exposé de ses motifs.
  4. Si le consensus paraît obtenu, on le confirme par un vote (à bulletin secret si quelqu’un le demande), vote qui doit être unanime, ou accepté explicitement par les abstentionnistes. Si des divergences durables opposent clairement des groupes homogènes (jeunes/vieux, démunis/fortunés, etc), on s’interdit de passer au vote.
  5. A défaut de consensus, la décision est renvoyée à une AG ultérieure. Si toutefois il y a une urgence impérative, un vote tranche, à la majorité des trois quarts des présents.
  6. Si un adhérent oppose un refus ferme à toute solution de compromis admise par les autres, on peut lui proposer de s’en expliquer à froid, en tête à tête, avec un « médiateur » ; puis lui faire entendre que « si ça t’est insupportable, ne le supporte pas, ne le fais pas supporter aux autres : la porte est ouverte ».

script_concatefig

Il est en outre convenu que :

  • Les décisions acquises, même non unanimes, s’imposent à tous les adhérents, anciens ou nouveaux.
  • Elles ne peuvent être mises en cause que si des éléments nouveaux et importants sont évoqués, et sont considérés comme tels par un vote ordinaire : la révision de la décision est alors mise à l’ordre du jour d’une AG.
  • Cela implique que les décisions antérieures soient d’une part accessibles, d’autre part claires et motivées ; un travail important est à mener pour les collationner, et le cas échéant les mettre en forme.

Rappel de l’éthique de La Jeune Pousse

Les valeurs de la Jeune Pousse sont celles de la charte d’Habicoop avec comme but :

  • Organiser une mixité sociale et générationnelle
  • Diminuer l’empreinte écologique du projet par ses choix architecturaux et techniques, son territoire d’implantation, son fonctionnement au quotidien.

Depuis, nous avons pu comparer notre travail sur le consensus avec les proposition faites dans un article paru dans le magazine « Silence » dernièrement: Dossier sur le consensus
Publicités