Les balades architecturales

L’idée de faire des balades dans la ville en train de se transformer, m’est venue en pensant à ce nouveau « quartier » de la Cartoucherie, difficile à imaginer et qui va être en chantier pendant une période assez longue, même après l’installation d’Abricoop.

Les-Cités-Obscures-3Il y avait aussi les échanges que nous avions dans certaines commissions, au sujet de l’architecture du bâtiment, nos références n’étaient pas toujours les mêmes, et pour que ces discussions ne restent pas stériles, il me semblait important que nous puissions nous repérer à partir d’exemples vus ensemble.
J’avais apporté des revues d’architecture et d’urbanisme, mais n’était-il pas préférable de voir les bâtiments in situ, dans leurs rapports les uns aux autres et à l’espace public, pour comparer et apprécier ensemble tel ou tel agencement, tel ou tel aménagement, tel ou tel détail… J’aime me promener dans les villes, et pas seulement dans les centres historiques ; des associations comme « la Gargouille », qui proposent des visites dans les « quartiers », m’ont permis de mieux connaître Toulouse « hors les murs » et j’aime à mon tour faire partager mes découvertes.

Fabrice et François m’ont encouragée à mettre ce projet en forme…

Nous avons commencé par une belle journée de juillet, en nous donnant rendez-vous aux Arènes pour prendre le tram ; les transports en commun sont un excellent moyen pour découvrir des secteurs de la ville que nous ne connaissons pas, et dans ce cas nous allions au bout du monde, en bout de ligne, à proximité des grands hangars d’Airbus. La visite des différentes strates d’urbanisation de Blagnac aurait pu occuper la journée, mais nous allions dans la Zac en cours de réalisation. Quelques jours avant, une jeune amie architecte qui vient de s’y installer avec sa famille m’avait initiée à son nouveau quartier, je me sentais presque familière des lieux.

Img 13_Cites_obscures_3De 4 à 74 ans, dans la poussette ou sur deux pieds, vaillamment nous avons arpenté les rues et les espaces intérieurs d’ensembles résidentiels très différents les uns des autres, mais inscrits dans un plan d’ensemble que nous avions pu découvrir en maquette dans l’espace aménagé par Oppidea. Après un déjeuner pris sur place, quelques courageux ont voulu poursuivre la visite bien qu’il fasse très chaud et nous sommes allés plus au nord, là où le quartier est encore en chantier.
Je ne crois pas utile d’en dire plus sur cette visite, mais déjà nos conversations prenaient un tour moins abstrait, puisque nous nous référions à des choses vues ensemble.
Cet automne j’ai voulu proposer une nouvelle visite de cette même Zac, mais le jour était mal choisi, à moins que le nombre important de réunions de la Jeune Pousse en ait retenu certains de dégager une journée pour cette balade, nous étions moins nombreux et nous ne sommes resté que le matin, chacun ayant à faire…

Entre temps, nous étions allés à Borderouge, où habite Tess et où j’avais enquêté auprès d’habitants qui ont choisi de vivre dans des résidences fermées ; j’avais aussi analysé les espaces publics que des paysagistes bien intentionnés ont essayé de créer « après-coup », avec des sentiers réservés aux piétons et aux vélos, en lien avec un « parc » où se situe l’annexe du Muséum dont nous avons goûté l’ombrière en lattes de bois… L’immeuble de Tess n’étant pas encore totalement habité, nous nous sommes posé des questions sur les raisons de cette désaffection, tout en mangeant un fameux gâteau…Les-Cités-Obscures

J’ai eu aussi envie de faire découvrir un quartier plus ancien et assez méconnu, celui d’Empalot, qui est en pleine restructuration, avec de grandes « barres » en cours de démolition et des constructions nouvelles, moins hautes. A proximité, François nous a fait découvrir le tout nouveau jardin de l’ancienne caserne Niel dont il avait suivi le chantier ; un jardin situé à proximité de la maison des associations logée dans un des anciens bâtiments de la caserne.

Nous n’étions pas très nombreux, mais j’espère que chacun a pu apprécier les espaces plantés et certaines qualités d’espaces publics, dans une « cité » relativement proche du centre ville.

Les-Cités-Obscures-2Une autre visite « partagée » a été possible, à l’initiative d’une association d’urbanistes ; bien qu’il fasse froid, nous étions 4 ou 5 de la Jeune Pousse à nous y retrouver, pour apprécier les aménagements urbains de la Zac de Vidhaillan à Balma , notamment les jardins publics et un jardin intérieur commun à plusieurs résidences,dessiné pour devenir un jardin potager collectif. Ces visites faites en compagnie des professionnels apportent une autre vision des quartiers en formation, peut-être faudra-t-il les faire désormais avec l’équipe de maîtrise d’œuvre qui sauront mieux que je ne le fais donner des informations de « première main »…

Pour ma part, je vais continuer à proposer d’autres balades, dans le parc du Mirail par exemple, et peut-être que certains auront envie de parcourir les yeux en l’air certains quartiers du centre que nous ne prenons pas le temps de regarder, ou d’autres lieux que d’autres « jeune poussiens » voudront nous faire connaître, dans les communes de l’agglomération, du côté de Cugnaux par exemple !?

Françoise

Publicités